Sélectionner une page

On nous dit d’écouter nos aînés. D’écouter les gens quand ils s’adressent à nous. D’écouter nos clients, consommateurs, collègues, patrons pour comprendre ce qu’ils attendent de nous. D’être attentif à l’école. Clairement, on nous enseigne la valeur de l’écoute de notre environnement pour mieux le comprendre et mieux s’y intégrer.

Mais, et nous?

Je ne sais pas vous, mais je suis devenue tellement douée dans l’écoute des autres que lorsque je dois prendre une décision pour moi-même, j’ai tendance à vouloir m’enquérir auprès de tout le monde et n’importe qui avant de prendre cette décision. Oh, sauf une personne: moi-même. Incroyable mais vrai.

Nous écoutons les autres pour:

  • Approfondir nos relations
  • Apprendre de nouvelles choses
  • Trouver un meilleur emploi
  • Obtenir une augmentation
  • Obtenir une promotion
  • Comprendre nos époux
  • Soutenir nos amis
  • Encourager les gens pour qui on a de l’affection
  • Donner des conseils aux gens qui veulent changer des choses
  • Donner et recevoir de l’amour

Hum… de simplement regarder cette liste me fait me demander comment j’ai pu oublier la partie « m’écouter moi-même ». Si je pouvais juste éteindre le brouhaha ambiant, regarder à l’intérieur et trouver tout le soutien, les conseils, le pouvoir, l’amour, l’acceptance, et les réponses… cela ne permettrait-il pas de gagner beaucoup du temps et de l’énergie que je passe à aller les chercher chez les autres?

Ouaip. Il me semble bien.

Ce dernier mois, j’ai fait de gros efforts pour m’écouter plus. J’ai fait des choses un peu folles, et j’ai pris de grandes décisions… juste avec l’aide de… moi-même.

Mais je ne mentirai pas… cela n’a pas été facile de faire la transition vers une prise de décision individuelle. J’ai littéralement besoin de m’ordonner de me taire et d’écouter.

Aujourd’hui, je vais partager avec vous mes quatre principaux conseils pour arriver à vous écouter et à trouver tout le focus et toutes les réponses dont vous avez besoin:

1. Le transpirer ou le faire taire

Avant toute chose, vous allez devoir faire taire votre esprit. Il existe de nombreuses techniques pour cela, et vous trouverez celle ou celles qui fonctionne(nt) le mieux pour vous, sur la durée. Pour moi, c’est le sport, les balades ou simplement m’isoler dans une pièce calme. Vous pouvez faire taire votre esprit en faisant la vaisselle (si, si…), en coupant du bois, en respirant profondément, ou en vidant votre boite de réception. Je recommande quand même de trouver quelque chose de physique à faire. Le sport, et toute forme de mouvement sont parmi les meilleures techniques pour faire le vide dans sa tête.

2. Arrêter de faire cinquante choses à la fois

Ensuite vous devez « traîner avec » et rester calme (mentalement). J’ai lu cet article sur ZenHabits récemment et cela m’a immédiatement calmée. Cet article fonctionne pour moi. Ça marche quand j’essaie de rester assise calmement sans devenir dingue.

Si vous n’êtes pas certains que vous avez besoin de ça, demandez-vous: si vous aviez besoin de rester immobile dans un cours de yoga et de méditer, vous auriez des fourmis dans les jambes? Ça vous démangerais vraiment? Alors la réponse est OUI.

3. Tout simplement respirer

Si vous n’avez jamais essayé de simples exercices de respiration, je vous encourage à le faire dès maintenant. Il y a tellement de raisons de respirer profondément et de le faire souvent, que vous rateriez quelque chose si vous ne preniez pas quelques minutes dans votre journée à consciemment respirer.

4. Sortir du cadre

Faites au minimum une activité par semaine (et progressivement jusqu’à une par jour) que vous pouvez ranger dans la catégorie du « prendre soin de soi ». Que ce soit des bains chauds, un cours de yoga, un massage, une session d’acuponcture, une sieste… Quoique vous puissiez faire pour commencer à donner de l’importance à prendre soin de vous; allez faire un tour à la FNAC si cela vous fait sentir bien… Et prenez un JOUR COMPLET loin de quoi que ce soit et quiconque (vous inclus) qui s’apparente plus ou moins à du travail. Ne vous dites pas: « je n’ai pas l’impression de travailler quand je fais ça… » Si ce n’est pas larver au bord d’une piscine, prendre un brunch, lire un roman, aller pique-niquer, faire du shopping… ou quelque chose dans ce genre… alors, c’est du travail.

Après une semaine ou deux à ce rythme, parfois même avant, vous allez commencer à lâcher du lest, vous vous sentirez plus clair(e), plus fort(e), et prêt(e) à passer à l’action sur quoi que ce soit que vous ayez mis en pause.

De l’action au résultats

Cette semaine a été une révélation. J’ai, tout doucement, brisé mon besoin compulsif de faire quelque chose à chaque minute de la journée, j’ai arrêté d’essayer de tout contrôler autours de moi, et la semaine s’est écoulée sans un moment de panique.

Je travaille sur plusieurs projets, plusieurs clients, prépare mon planning de la rentrée, ma première embauche, la clôture de mon année comptable… et pourtant, j’ai écouté mes besoins et j’ai ajouté trois courses et un week-end en amoureux à tout cela.

Alors, je sais que cela peut être fait. Et les résultats sont toujours les mêmes quand je prends le temps de m’arrêter pour m’écouter.

Alors, voici ce que vous pouvez essayer dès à présent:

  1. Pensez à ce que vous ressentez en ce moment
  2. Demandez-vous ce qui vous ferait sentir encore mieux
  3. Faites-le

C’est simple quand on y pense: dites-vous à vous-même ce dont vous avez besoin, écoutez-vous et faites-vous ce cadeau.

N’hésitez pas à partager cet article avec vos amis et dites-leur de s’écouter aussi!

Crédit photo: Jeremy Thomas (via StockSnap.io)