Sélectionner une page
[Note de l’auteur: C’est probablement l’article le plus « étrange » que j’ai écris, mais il est inspiré du doux silence que j’ai expérimenté, pendant 30 minutes, hier après-midi. Il fallait que je partage avec vous, puisque je sais que beaucoup d’entre vous en ont besoin autant que moi.]

M’entendre penser est mon but ultime. Ma quête épique.

Enfant, je m’allongeais souvent dans l’herbe, dans le jardin et j’écoutais le silence. Les arbres qui bruissaient. Le vent sur mon visage. Les nuages qui flottaient au-dessus de moi.

Je considère que j’ai de la chance. J’étais capable de trouver de trouver du calme dans l’ambiance sonore et survoltée d’une famille italienne. Rien de dramatique. Aucune histoire d’abus ou de négligence, bien au contraire. Mais toujours un bruit de fond ambiant qui oblige à parler plus fort, pour se faire remarquer, ce qui chez quelqu’un de réservé, comme moi, pouvait créer un peu de stress. Je voulais être un bon petit soldat. Et, évidemment, le stress et le sens des responsabilités ont fait leur chemin dans mon esprit, quoi que je fasse pour les en éloigner.

Je sais que c’est pour cela que je cherchais souvent un peu de tranquillité dans la musique, dans la nature, ou dans les livres. Je voulais de la paix. Et je voulais aussi, sûrement, m’échapper un peu.

Je me rappelle me dire: travaille bien à l’école, sois sage, et va-t-en.

Mais c’étais facile alors

Je pouvais trouver un coin tranquille et ne pas être dérangée pendant des heures.

Aujourd’hui, quand cela arrive, c’est du luxe.

Je commence à m’inquiéter quand c’est calme pendant trop longtemps.

Je recommence à apprécier et à rechercher cette paix intérieure que je trouvais si facilement, à essayer de trouver un peu de clarté dans ces moments de tranquillité, à vouloir rencontrer des gens qui m’inspirent plutôt que des gens qui bouffent mon énergie, et à trouver des projets qui donnent envie de travailler de dessus avec une passion immédiate.

Mes besoins sont différents aujourd’hui et mon environnement de vie est beaucoup plus silencieux donc il est difficile de demander de la tranquillité et de l’espace. Je suis contente de ne pas avoir à échapper à quoi que ce soit, mais je ressens le besoin de plus de temps, plus de place, plus de clarté, plus de focus, plus de liberté, et plus de temps pour penser.

Je sais que j’en ai toujours besoin.

Et je suis sûre que vous aussi.

Suivez ma quête… et découvrez comment vous pouvez retrouver ce temps pour penser.